Inondations en Allemagne : les candidats à la succession d’Angela Merkel sous pression

Publié le 16 juil. 2021 à 17:22Mis à jour le 18 juil. 2021 à 16:33

Les experts politiques avaient prévenu qu’un nouvel épisode de sécheresse cet été pourrait rebattre les cartes de la succession d’Angela Merkel. Ce sont finalement des inondations d’une violence sans précédent s’étant abattues dans l’ouest de l’Allemagne dans la nuit de mercredi à jeudi, puis dans l’est et le sud ce week-end, qui devraient jouer ce rôle à dix semaines des élections fédérales.

La Rhénanie-Palatinat et la Rhénanie-du-Nord-Westphalie dénombraient dimanche plus de 150 morts, des centaines de blessés et des dizaines de personnes disparues, tandis que des crues étaient à leur tour signalées près de Berchtesgaden. Plusieurs centaines de pompiers sont déployées dans cette région frontière de l’Autriche.

Vendredi, un glissement de terrain avait emporté plusieurs maisons à Erftstadt, près de Cologne, ajoutant au drame de milliers d’habitants évoluant dans un paysage de désolation, entre décombres et voitures renversées par le débordement des rivières de la région.

 Nous n’avons jamais connu une telle catastrophe, c’est vraiment cataclysmique. 

Malu Dreyer

« Nous n’avons jamais connu une telle catastrophe, c’est vraiment cataclysmique », a déclaré Malu Dreyer, la première ministre sociale-démocrate de Rhénanie-Palatinat, land qui comptait à lui seul 110 morts dimanche matin. En visite ce même jour à Schuld, ville complètement dévastée par les intempéries dans cette région, Angela Merkel a décrit « une situation surréaliste effrayante » et promis un soutien aux populations aussi longtemps que nécessaire.

Armin Laschet et Olaf Scholz à la manoeuvre

Plus de 850 militaires, les forces de police et de l’Agence d’assistance technique étaient mobilisés pour déblayer les décombres, installer des sacs de sables, hélitreuiller des habitants réfugiés sur leurs toits ou rétablir les communications. Le ministère de la Défense a déclaré l’état de catastrophe naturelle afin que les décisions soient le plus décentralisées possible.

Angela Merkel s’est félicité de la bonne coopération entre régions et Etat fédéral et a promis de revenir en août. Interrogée sur les leçons de la catastrophe, elle a appelé à accélérer les mesures de lutte contre le changement climatique. « Nous devons être plus rapides et redoubler d’effort pour s’adapter au réchauffement de la planète », a-t-elle déclaré.

Face au choc produit par les pluies diluviennes, les premiers mouvements des trois principaux candidats à la succession de la chancelière et leur impact dans les médias en disent long sur le poids de ces inondations pour les élections du 26 septembre. Armin Laschet était dès jeudi matin en bottes en caoutchouc à Hagen et Altena, à une centaine de kilomètres à l’est de Düsseldorf, capitale du Land que le chrétien-démocrate dirige.

Le faux pas d’Armin Laschet

Sa légitimité sur place et ses efforts ont cependant été ruinés par une vidéo le filmant samedi hilare en arrière-plan du président allemand Frank-Walter Steinmeier, qui rendait hommage aux victimes. Une autre vidéo montre ensuite le président lui-même en train de rire alors que Armin Laschet intervient mais les images virales sur les réseaux sociaux ont obligé le candidat chrétien-démocrate à s’excuser pour son comportement inapproprié.

De son côté, Olaf Scholz, ministre des Finances social-démocrate et candidat à la chancellerie, a quitté jeudi ses vacances à Allgäu, entre Munich et le lac de Constance, pour rejoindre Malu Dreyer. Il a promis l’adoption dès mercredi prochain en conseil des ministres une aide d’urgence d’au moins 300 millions d’euros, avant un vaste programme de reconstruction de plusieurs milliards d’euros.

Sa fonction de ministre des Finances lui permettait de légitimer sa présence sur le terrain et d’espérer marquer des points alors que le SPD réduit l’écart avec les Verts dans les sondages. Il avait sans doute aussi en mémoire les débordements de l’Elbe et du Danube qui avaient, quelques semaines avant les élections fédérales de 2002, coûté la chancellerie à l’Union CDU-CSU. Son candidat, Edmund Stoiber, avait alors tardé à se déplacer alors que son rival social-démocrate, Gerhard Schröder, avait réagi immédiatement.

Annalena Baerbock prête à mener le fer

Menée de 10 points dans les sondages par l’Union CDU-CSU, la candidate des Verts, Annalena Baerbock, a annoncé jeudi qu’elle interrompait ses vacances. Face au risque d’être accusée de récupération politique, faute de mandat exécutif légitimant un déplacement, elle a fait savoir par son entourage qu’elle se rendrait sur place mais sans caméra.

Les Verts n’ont pas besoin d’en rajouter : la question climatique est de nouveau dans tous les esprits. « Personne ne peut sérieusement douter que cette catastrophe est liée au changement climatique », a estimé le ministre de l’Intérieur de l’Union CDU-CSU, Horst Seehofer, dans le « Spiegel ». Dans ce domaine, la crédibilité des Verts est sans équivalent. En interrompant ses vacances, Annalena Baerbock manifeste qu’elle compte bien s’en saisir pour remonter la pente.

Source