Joe Biden accuse la Russie de vouloir perturber les législatives de 2022 aux Etats-Unis

Le président des Etats-Unis, Joe Biden, visite le Bureau de la direction du renseignement national, à McLean, en Virginie, près de Washington, le 27 juillet 2021.

Le président américain a reproché, mardi 27 juillet, à la Russie de chercher à perturber les élections législatives de 2022 aux Etats-Unis en répandant la « désinformation », dans une allocution devant les services de renseignement.

« Regardez ce que la Russie fait déjà avec les élections de 2022 et la désinformation. C’est une violation pure et simple de notre souveraineté », a-t-il dit lors d’un déplacement au Bureau de la direction du renseignement national, près de Washington, faisant référence à des informations qu’il reçoit à ce sujet lors d’un briefing quotidien.

Lire aussi Joe Biden assure que Vladimir Poutine « paiera les conséquences », alors que la Russie est accusée d’ingérence électorale

Le président américain s’en est aussi pris à son homologue russe. Vladimir Poutine « a un vrai problème, il est à la tête d’une économie qui a des armes nucléaires et des puits de pétrole et rien d’autre », a dit Joe Biden, ajoutant : « cela le rend encore plus dangereux selon moi ».

Préoccupation face à l’intensification des cyberattaques

Le président américain a aussi exprimé sa préoccupation face à l’intensification des cyberattaques, y compris via des « rançongiciels », qui consistent à s’introduire dans les réseaux d’une entité pour crypter ses données, puis à réclamer une rançon, le plus souvent en bitcoins, en échange de la clé de déchiffrement.

Voir aussi notre dossier : Attaques aux rançongiciels : la déferlante

« Si nous nous retrouvons en guerre, dans une véritable guerre armée, avec une autre grande puissance, ce sera à cause d’une cyberattaque », a-t-il assuré.

A l’automne 2022 doivent se tenir aux Etats-Unis les élections dites « de mi-mandat », au cours desquelles tous les sièges de la Chambre des représentants et un tiers des sièges du Sénat sont renouvelés.

Lire aussi Face aux rançongiciels, les Etats-Unis fortifient leur réponse judiciaire

Les Etats-Unis ont récemment imputé à la Chine le piratage massif mené en mars contre les services de messagerie Exchange du groupe Microsoft, et la Maison Blanche a par ailleurs sommé à plusieurs reprises la Russie d’agir contre les attaques au « rançongiciel » menées depuis son sol.

Le Monde avec AFP

Source