Le rugby argentin en pleine reconstruction

Lors du match de Rugby Championship entre l’Argentine et l’Australie, le 2 octobre 2021.

L’année 2021 s’annonce comme un cru à oublier pour le rugby argentin. Après la gloire d’une première victoire contre la Nouvelle-Zélande en 2020, la saison actuelle n’est faite que de débâcles – six défaites en autant de matchs dans le Rugby Championship 2021 – et de polémiques. Dernière en date, la suspension de six internationaux pour avoir enfreint, début octobre, les règles sanitaires de la compétition qui met aux prises les nations majeures de l’hémisphère Sud (Afrique du Sud, Argentine, Australie et Nouvelle-Zélande).

Alors que le projet de la fédération argentine axé autour des Jaguares portait ses fruits avant la pandémie de Covid-19, le rugby national doit aujourd’hui affronter l’exil forcé de ses joueurs. En cause, la mise à l’écart du club de Buenos Aires pour raisons économiques et sanitaires – du très exigeant Super Rugby, devenu cette année une compétition accueillant uniquement des équipes de Nouvelle-Zélande et d’Australie. La fédération argentine a, depuis, conseillé à ses joueurs de proposer leurs talents au Top 14, le championnat de France de rugby, et à la Premiership anglaise. C’est donc un peu déstabilisée que l’Argentine se présente face au XV de France samedi 6 novembre au Stade de France, premier rendez-vous de sa tournée d’automne européenne.

Une marche arrière forcée

« Cela affecte le jeu et les joueurs. » Ancien joueur et désormais manageur des Pumas, la sélection nationale, Francisco Rubio tire un premier bilan d’une année compliquée. « Nous avons dû affronter de nombreux défis, nous adapter à une nouvelle réalité. Nous sommes toujours à la recherche de solutions et nous faisons tout notre possible pour arriver à être compétitifs », expose le responsable argentin.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés L’Argentine s’émeut face à un rugby élitiste et xénophobe

Ecartée du Super Rugby et donc privée de ses meilleurs joueurs, la franchise des Jaguares, qui représentait l’Argentine dans ce championnat depuis 2016, dispute désormais une ligue sud-américaine beaucoup moins relevée. « C’est un nouveau projet, certes forcé, où nous ne pouvons pas suivre nos joueurs comme nous le faisions avec les Jaguares. Nous revenons en arrière, alors que cette volonté de développer le rugby local commençait à donner d’excellents résultats », se désole Francisco Rubio.

Les Jaguares avaient atteint la finale du Super Rugby 2019, quatre ans seulement après la création de l’équipe. La sélection nationale, formée exclusivement de joueurs issus de la franchise, était aussi en pleine progression, en témoigne cette victoire historique contre les All Blacks en 2020.

Il vous reste 52.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source