Ligue 1: ils ont plus de 35 ans, ces «papys» qui font de la résistance

Indispensables, remplaçants, mis de côté ou encore blessés, les vétérans sont nombreux en Ligue 1 cette saison.

À l’intersaison, la Ligue 1 a perdu son plus vieux joueur. Vitorino Hilton, 43 ans, a raccroché les crampons, au moins pendant un temps. Cependant, les vétérans sont encore bien présents au sein de l’élite française, à l’image de Jimmy Briand, récemment sorti de la cave et qui affronte le Paris Saint-Germain ce samedi soir. Petite revue – non exhaustive – des joueurs âgés de plus de 35 ans qui évoluent encore dans le championnat de France.

Les indispensables

Nombreux sont ceux, en dépit du poids des années, à être encore indispensables dans leur équipe. Au LOSC, Burak Yilmaz et José Fonte, respectivement 36 ans et 37 ans, et essentiels dans la conquête du titre 2020-2021, restent incontournables. L’arrivée de Jocelyn Gourvennec en lieu et place de Christophe Galtier n’a rien changé. Certes, l’avant-centre turc traverse une période un peu moins faste, mais son impact sur les Dogues est toujours aussi fort. Quant au défenseur central portugais, considéré comme l’un des meilleurs à son poste en France depuis plusieurs saisons, son expérience est toujours aussi appréciée. Son utilisation en atteste. Depuis le début du nouvel exercice, il a disputé toutes les minutes de l’ensemble des matches ; le tout, brassard au bras.

Un autre défenseur central tient un rôle capital dans son équipe. Il s’agit de Dante (38 ans), qui réalise un remarquable et encourageant début de saison avec l’OGC Nice. Le vétéran brésilien, longtemps indisponible en 2020-2021, est l’un des hommes de base de Christophe Galtier, bien heureux de pouvoir compter sur un joueur aussi expérimenté et intelligent pour contrôler sa défense. Au Racing Club de Lens, Jean-Louis Leca (36 ans), très bon sur sa ligne et auteur de nombreux arrêts salutaires, n’est pas du tout étranger aux excellentes performances de son équipe. Ismaël Traoré, pour sa part, est toujours, à 35 ans, l’un des plus beaux symboles de la dalle angevine.

VOIR AUSSI – L’incroyable impact de Burak Yilmaz à Lille

Les joueurs de complément

Certains vétérans ne sont pas des titulaires indiscutables mais disposent d’un temps de jeu qui leur permet malgré tout de s’illustrer. C’est le cas de Yannick Cahuzac (8 apparitions) qui – à 36 ans – est régulièrement envoyé sur la pelouse par Franck Haise pour apporter toute sa grinta aux Sang et Or. Le Lorientais Jérôme Hergault (4 matches), 35 ans, est dans la même situation. Chez les Merlus, Christophe Pélissier l’emploie avant tout comme un joueur de complément. Au Stade Rennais, Romain Salin, 37 ans, se contente aussi des miettes. Le portier français est la doublure d’Alfred Gomis et n’a disputé qu’une seule rencontre en 2021-2022.

Le cas d’Adil Rami (35 ans) est un peu plus complexe. L’ex-joueur de Lille et de l’Olympique de Marseille a rejoint l’ESTAC tardivement. Mais depuis qu’il est en état physique de jouer, Laurent Batlles lui accorde sa confiance pour encadrer l’équipe troyenne, en majeure partie inexpérimentée en première division. S’il poursuit sur sa lancée, nul doute qu’il basculera dans les prochaines semaines dans la catégorie des indispensables. Pour finir, citons Jimmy Briand (36 ans), qui a offert la victoire aux Girondins de Bordeaux face au Stade de Reims la semaine dernière après un début de saison marqué par un temps de jeu (très) limité.

Ceux qui sont mis au placard

D’autres vétérans sont quant à eux à la cave. Ce sont essentiellement des gardiens de but. Le plus connu d’entre eux n’est autre que Steve Mandanda (36 ans). Considéré comme une légende sur la Canebière, et incontestable ces dernières saisons, «Il Fenomeno» a vu son statut être complètement bouleversé par l’arrivée de Pau Lopez. Souhaité par Jorge Sampaoli, le portier espagnol a relégué son expérimenté collègue sur le banc des remplaçants depuis le début du mois de septembre.

Jessy Moulin, 35 ans, qui a eu l’occasion d’enchaîner les matches la saison dernière à Saint-Etienne après la mise à l’écart de Stéphane Ruffier, a quitté le Forez cet été pour rejoindre l’Aube. Doublure de Gauthier Gallon à l’ESTAC, il n’a toujours pas eu l’opportunité de porter le maillot troyen en compétition officielle. Dans l’Est, Eiji Kawashima (37 ans), remplaçant de Matz Sels, connaît exactement la même situation. Pour sa part, le vieux briscard Nicolas Penneteau, est revenu en France au cours du marché des transferts après une longue expérience en Belgique, au RCS Charleroi. Mais au Stade de Reims, l’ex-Bastiais occupe la fonction de troisième gardien de but et ne devrait donc pas fouler à nouveau une pelouse de Ligue 1.

Ceux qui passent du temps à l’infirmerie

Enfin, certains des plus vieux joueurs de l’élite française passent beaucoup de temps à l’infirmerie. Comment ne pas penser à Sergio Ramos (35 ans) ? Arrivé au Paris Saint-Germain libre après la fin de son contrat au Real Madrid, l’illustre défenseur central espagnol était censé faire passer un palier aux Rouge et Bleu en termes de caractère et de mentalité. Jusqu’à présent, il n’en est rien puisqu’il n’est toujours pas apte physiquement à disputer une rencontre. Le quadruple vainqueur de la Ligue des champions espère faire son retour en compétition après la trêve internationale. Jérémy Morel (37 ans) a déjà joué trois matches cette saison. Mais une blessure musculaire l’a mis sur la touche pendant de longues semaines.

Source