Virginie : à 17 ans, le fils du nouveau gouverneur a tenté de voter… deux fois

Le fils adolescent du nouveau gouverneur de Virginie a tenté de voter deux fois aux élections, mardi.

Aucune charge n’est pour l’instant retenue, mais les deux tentatives ont été enregistrées par les autorités. Le comté de Fairfax a annoncé que le fils de Glenn Youngkin, le républicain récemment élu gouverneur de Virginie, avait tenté de voter deux fois à l’élection. Problème : le jeune homme n’est âgé que de 17 ans et n’a donc pas le droit de vote. La loi de l’Etat permet en effet aux jeunes de 17 ans de voter aux primaires de partis, mais à une seule condition : qu’ils aient 18 ans au moment de l’élection générale. Un critère que l’adolescent, dont le prénom n’a pas été dévoilé, ne remplissait pas pour voter à l’élection du gouverneur qui opposait son père au démocrate Terry McAuliffe.

Après un premier refus, il est revenu 20 minutes plus tard, assurant qu’un de ses amis du même âge avait pu voter. «Je lui ai dit : « Je ne sais pas ce qui s’est passé avec votre ami, mais vous n’êtes pas sur les listes électorales aujourd’hui. Vous pouvez vous inscrire, mais vous ne pourrez pas voter »», a expliqué au «Washington Post» Jennifer Chanty, directrice du bureau de vote. Elle croit à l’erreur de bonne foi de l’adolescent, même si elle a trouvé «bizarre» qu’il ne se rende pas au bureau de vote où ses parents sont enregistrés : «Les ados font des trucs bêtes. Je m’en tiendrai là.»

Une campagne misée sur l’intégrité

N’ayant pas pu voter, le jeune homme ne devrait pas être mis en examen, mais toute infraction potentielle est tout de même renvoyée vers le bureau du procureur qui décidera ensuite. Une bêtise adolescente qui survient à l’issue d’une campagne au cours de laquelle Glenn Youngkin a annoncé la création de l’«Election Integrity Task Force», une équipe chargée du respect de l’intégrité des élections, alors que Donald Trump et certains républicains accusent toujours Joe Biden de fraude fiscale.

Glenn Youngkin s’est lui-même éloigné de ce sujet lors de la campagne, choisissant une stratégie victorieuse misée sur des enjeux locaux. «Ne laissez personne rester à la maison parce qu’ils pensent qu’on ne peut pas gagner parce que c’est truqué. Ce n’est pas truqué ici dans le New Jersey. Nous pouvons remporter cette élection», avait-il répété la semaine précédant le scrutin.

Une leçon apprise avec les échecs républicains en Géorgie : quelques semaines après la victoire de Joe Biden, s’appuyant sur un Donald Trump refusant de concéder la défaite, les deux candidats républicains au Sénat avaient échoué face aux démocrates Raphael Warnock et Jon Ossoff, permettant aux progressistes de gagner deux sièges inespérés et de se constituer une majorité au Sénat en comptant sur la 101ème voix, celle de Kamala Harris.

Toute reproduction interdite

Source