Vox Populi : le parti d’Eric Zemmour sur les rails ?

Vox Populi : le parti d'Eric Zemmour sur les rails ? VOX POPULI – La rentrée politique de septembre a été parsemée de nombreuses rumeurs concernant une candidature potentielle d’Éric Zemmour à l’élection présidentielle de 2022. En coulisses, un parti serait en passe d’être créé pour permettre au polémiste de pouvoir se présenter officiellement.

Ira-t-il, n’ira-t-il pas ? Depuis la rentrée politique de septembre, le journaliste et polémiste Éric Zemmour occupe l’espace médiatique comme jamais un non-candidat ne l’avait fait auparavant, suscitant de nombreuses réactions. Ainsi, on retrouve son nom dans les bannières des chaînes d’information, à la une des journaux et même dans les enquêtes d’opinion qui sont réalisées ces dernières semaines, sans pour autant qu’une candidature officielle n’ait été prononcée. 

Le 25 octobre, les choses se sont un peu accélérées pour le potentiel candidat à l’élection présidentielle qui réunissait ses partisans à son QG de campagne lors d’une soirée aux airs de meeting politique. Au 10 rue Jean-Goujon dans le très chic 8ème arrondissement de la capitale, ils étaient nombreux à acclamer leur (futur) candidat au milieu d’affiches floquées d’un « Z 2022 ». « J’ai longtemps imaginé un candidat qui pourrait porter nos idées… Il devient possible que ce soit moi quand je vois le soutien que vous m’apportez. Les coups à venir vont être de plus en plus forts, sur moi et mes soutiens. Il va falloir qu’on soit fort collectivement pour aller au bout des choses » avait alors déclaré Éric Zemmour, dont BFMTV s’était fait l’écho, devant un parterre de potentiels électeurs.

Seulement, pour pouvoir légitimer une candidature, les prétendants à l’Élysée ont besoin d’un programme, et d’un parti. Aussi, selon nos confrères d’Europe 1, celui d’Éric Zemmour pourrait s’appeler « Vox Populi » (NDLR, « La voix du peuple », selon la locution latine). Un nom qui n’est pas sans rappeler celui du parti de la droite conservatrice espagnole « Vox », en pleine ascension.

D’après des informations exclusives d’Europe 1, Éric Zemmour devrait convier, « fin novembre », des responsables régionaux et départementaux de son association « Les amis d’Éric Zemmour », le tout « afin d’entériner la création d’un parti ». L’annonce d’une candidature du polémiste pourrait, quant à elle, se faire le 9 ou le 11 novembre. En tout cas, probablement à la mi-novembre. Par ailleurs, rien ne l’oblige à se présenter officiellement avant 2022 si ce n’est l’obligation d’avoir obtenu les 500 parrainages nécessaires pour soumettre sa candidature qui devra être validée par le Conseil constitutionnel.

Parmi les soutiens proches du potentiel candidat à l’élection présidentielle de 2022, le nom de Sarah Knafo est celui qui revient le plus. Cette jeune énarque de 28 ans est la directrice de campagne du polémiste, « celle qui recrute les collaborateurs, organise ses rencontres et son agenda, part à la recherche de parrainages auprès des élus locaux », rapporte LCI. La même source a également listé Olivier Ubéda, ancien collaborateur de personnalités de la droite française comme Alain Juppé, Rachida Dati ou même Nicolas Sarkozy. Il s’occuperait aujourd’hui de conseiller Éric Zemmour. Samuel Lafont, l’ancien membre de la campagne de François Fillon en 2017 pourrait également être de la partie. Il a d’ailleurs encouragé ses 33 000 abonnés sur Twitter à soutenir l’écrivain en relayant ses messages ou en diffusant les affiches de sa campagne. Il est par ailleurs militant au Printemps français, un mouvement dissident de La Manif pour Tous.

Mais ce n’est pas tout. Antoine Diers est également une figure qui prendra potentiellement encore plus d’ampleur. Il s’agit du porte-parole des Amis d’Éric Zemmour – association créée et présidée par François Miramont qui jouera sans doute un rôle important dans la composition du parti – que l’on voit souvent sur des plateaux où il défend le potentiel candidat à l’élection présidentielle. C’est grâce à Sarah Knafo, qu’il a rencontrée lorsqu’il militait à l’UNI, qu’il a été introduit dans ce cercle politique. Il a également défilé avec La Manif pour tous. Michel Loussouarn, un ancien militaire, serait quant à lui chargé de s’occuper « d’organiser le maillage territorial », selon LCI. Enfin, les noms de Gilbert Payet et Charles Gave ont aussi été évoqués par nos confrères. Le premier est « le responsable financier et juridique de la campagne », également recruté par Sarah Knafo. Le second, un essayiste et entrepreneur qui avait par le passé soutenu Nicolas Dupont-Aignan, jouerait un rôle de banquier, grâce à des dons. Il aurait même déjà prêté 300 000 euros au polémiste pour lancer sa (très plausible) campagne.

Source